Composter / Les 3 règles d'or

1. Mélanger les matières

  • 60 à 70% de déchets verts et humides, riches en azote (épluchures de fruits et légumes, tontes, restes alimentaires, etc…)
  • 30 à 40% de déchets bruns et secs, riches en carbone (branches broyées, paille, feuilles mortes et sèches)
Conseils :
Eviter les apports uniques en grandes quantités


bac-dechets

2. Bien aérer le compost

Sans air, les micro-organismes qui permettent la décomposition par compostage ne peuvent pas se développer. D’autres bactéries (dites anaérobie) prennent alors le relais : les déchets fermentent et une odeur désagréable apparait.

L’apport de matière sèche et structurante permet d’aérer le compost mais il faut aussi le brasser régulièrement à l’aide d’une fourche (1 fois/mois).

Conseils :
Etaler les déchets à l’aide d’une petite griffe lors des apports de façon à éviter la formation de masses compactes et humides (celles-ci risquent de fermenter)


brassage

3. Veiller à une humidité constante

Pour savoir si le compost a un bon taux d’humidité : le test du poing
  • prenez une poignée de compost dans votre main et refermez-la en serrant
  • quand vous ouvrez la main, le compost doit rester en forme, tout en se détachant progressivement. S’il reste en bloc, c’est qu’il est trop humide. S’il ne s’agglomère pas du tout en bloc, c’est qu’il est trop sec
Le compost mûr ressemblera à du terreau (une structure grumeleuse et noire) et aura une bonne odeur de terre. Il ne sera plus habité par des vers de terre car ceux-ci auront fini leur travail.

Conseils :
Si le compost est trop sec => l’arroser dans un premier temps (avec un arrosoir ou en ouvrant le couvercle lors de la prochain pluie !) => apporter moins de matières sèches et plus de matières humides (épluchures) => déplacer le composteur dans un endroit plus ombragé ou moins venteux
Si le compost est trop humide => rajouter des déchets bruns et secs
Dans les 2 cas : brasser le compost permettra d’homogénéiser la matière


compost

Quelques problèmes…